Yerevan

Arménie, les terres du Caucase en direct de Marseille

Depuis deux ans, la compagnie Armavia dessert Erevan depuis Marseille, deux fois par semaine. Si la ligne intéresse les représentants de la diaspora arménienne, c’est aussi l’occasion pour les touristes de plonger dans un pays rare et méconnu, berceau du christianisme. Monastères, églises perdues, villages de montagnes, hauts sommets enneigés, forteresses, lacs…, le tout dans une nature vierge et étourdissante de beauté. C’est cela l’Arménie. Sa capitale, Erevan, l’une des plus vieilles villes au monde, est la porte d’entrée, moitié-Occident, moitié-Orient, d’un pays parmi riche de mille secrets.

Aurez-vous la tentation de l’Arménie ? Pour ceux qui aiment la grande culture et les paysages grandioses, pas d’hésitation, il faut partir. Iront aussi ceux qui s’intéressent à l’histoire de Marseille, où réside l’une des plus importantes communautés arméniennes du monde. Au cœur du Caucase, entre mers Noire et Caspienne, l’Arménie est une vieille terre d’histoire qui n’a pas attendu l’éclatement de l’Union Soviétique (dont elle faisait partie) pour afficher sa culture.

Au IVème s., le royaume d’Arménie est le premier du monde à reconnaître le christianisme comme religion officielle. Plus près de nous, on a tous entendu parler du Génocide arménien. Des millions de ressortissants ont fui leur pays. Beaucoup sont venus en France et ont fait souche, notamment à Marseille.

Mais à quoi ressemble l’Arménie ? A un petit pays, très montagneux, enclavé, rural. Entouré de nations avec lesquelles les relations sont compliquées (Turquie, Azerbaïdjan, Géorgie). Heureusement, la diaspora est là pour aider au développement, qui peine cependant à venir.

Mais c’est un pays splendide. Si le mont Ararat, symbole des arméniens, se trouve sur le territoire turc, son sommet enneigé domine l’horizon d’Erevan, la capitale (1 million d’habitants) où vit plus du tiers de la population d’Arménie. Sorti de la ville (on ne s’y attarde pas, sauf pour visiter les musées d’Histoire et des anciens manuscrits – Maténadaran -, ainsi que le musée du Génocide), le visiteur plonge dans les grands paysages du pays, où les sommets dépassent allègrement les 3 000 mètres (traduction : pays très enneigé et froid, attendez les beaux jours pour partir, après mai).

Lestrekkeurstrouveront des spécialistes qui les emmèneront sur les chemins de traverse, à la découverte de lacs isolés (Sévan, un des plus grands de haute montagne au monde, à 1 900 m) et de caravansérails perdus (Sélim, un des plus beaux, l’Arménie se trouvait sur la route de la Soie).

Les touristes « culturels »seront comblés, en découvrant les merveilles du patrimoine arménien :
-        Etchmiadzine, l’ancienne capitale du royaume arménien et siège patriarcal du Catholicos, le patriarche de tous les Arméniens ;
-         les monastères de Khor Virap (4ème- 17ème s.) ; de Noravank (12ème – 14ème s.), bâti au fond d’un ravin ; de Haghpat (10ème – 13ème s.) ; de Saghmossavank (10ème – 13ème s.) ;
-        l’ancien observatoire de Carahunge (5 000 av. J.-C.) ;
-         le magnifique complexe monastique de Haghartsine (10ème – 13ème s.) ;
-         la forteresse d’Amberd (10ème – 13ème s.) ;
-         Guéghard (4ème – 13ème s.), un monastère rupestre situé dans un des sites les plus pittoresques d’Arménie.

On l’a compris, l’Arménie est une nation au riche patrimoine. Pas indiquée pour lesclubbersmais parfaite pour les visiteurs cultivés qui ne craignent pas l’aventure.

Read more

Book your ...

les meilleurs hôtels

Exemples de simulations effectuées pour une personne et une arrivée le 22/09/2014 (Prix par chambre/nuit)

Fourni par hotel.info